Entretien avec Tessa Richter, coach et consultante OTP et active depuis 2010 dans les domaines de l’outplacement, du coaching de carrière, du coaching en leadership et de l’assessment.

Ses candidats apprécient sa grande expérience, sa connaissance approfondie du marché du travail et du recrutement et son empathie. Elle parvient toujours à motiver ses candidats à franchir avec succès les étapes nécessaires à l’obtention d’un nouvel emploi qui les satisfait.

Beaucoup de choses ont changé dans le coaching en outplacement au cours des dix dernières années. Nous avons passé en revue cette période avec Tessa Richter et nous nous sommes intéressés à ses expériences ainsi qu’à ses succès. 

A l’époque 20 candidatures pour un seul poste, aujourd’hui plus de 200

« Le marché du travail est devenu beaucoup plus exigeant. Il n’y a plus de dossier de candidature standard. Chaque postulation doit être adaptée au poste à pourvoir. Aujourd’hui, il n’est plus rare de recevoir plus de 200 candidatures pour un poste. C’est pourquoi les candidats doivent correspondre exactement au profil recherché afin de susciter de l’intérêt, être traités par les recruteurs et/ou les logiciels et systèmes de gestion des recrutements. Avec nos candidats, nous partageons l’objectif qui n’est pas de trouver un emploi, mais le meilleur emploi possible ».

Aujourd’hui, tout va un peu plus vite

 » Par le passé, vous pouviez supposer que le recruteur tirerait des conclusions sur l’aptitude à réaliser des tâches, même pour des rôles que vous n’aviez jamais effectués. Aujourd’hui, il n’a plus de temps pour cela ! En tant que candidat, je dois démontrer sans équivoque que je possède les compétences requises. Ce qu’un candidat pourrait être capable de faire devient bien plus secondaire aujourd’hui que par le passé. » 

 La stratégie.

 » À une certaine époque, vous étiez invité à un entretien même sans un dossier de candidature parfait. Le marché du travail « analogique » était plus ouvert. Aujourd’hui, il est essentiel d’avoir un CV et une description précise de sa carrière professionnelle, montrant toutes ses compétences pertinentes. Il est donc important de connaître ses compétences et de les présenter de la meilleure façon possible. Nous établissons conjointement avec le candidat son bilan de carrière et son portfolio de compétences afin de par la suite définir une cible de recherche pour laquelle nous allons vérifier son adéquation sur le marché du travail. Ceci constitue la base d’une stratégie de recherche ciblée. De nos jours, la plupart des postulations se font uniquement par voie numérique, via des plateformes de candidature en ligne et les réseaux sociaux. Dès que nous avons retravaillé et ciblé le CV avec nos candidats, ceux-ci obtiennent soudainement de nombreux entretiens. Le bilan de carrière complet que nous faisons à ce stade est d’une grande aide, par exemple pour les managers pour lesquels nous faisons une réflexion sur leur mode de management et si nécessaire nous le redéfinissons avec lui. Les entretiens d’embauche se déroulent aussi de plus en plus souvent de manières virtuelles. Il faut réfléchir au préalable à ce qui est important pour le recruteur et s’entraîner à cette nouvelle réalité. Grâce à la digitalisation, jusqu’à cinq entretiens en ligne par emploi ne sont plus rares. »

Pas de succès dans les postulations sans compétences digitales.

Les ATS « Automatic Tracking Systems » sont les systèmes « on-line » de gestion des candidatures utilisés par de nombreuses entreprises, même de taille moyenne, afin d’optimiser la gestion des recrutements. Ils forment pour les candidats un nouvel obstacle, qu’ils doivent connaître ! Avec l’aide de notre savoir-faire dans ce domaine, nous nous assurons que leurs postulations survivent aux filtres et soient prises en compte. »

Le réseautage est aujourd’hui une affaire digitale.

 » Avec notamment LinkedIn, nous pouvons dorénavant entrer et rester en contact de manière digitale. Ce nouveau mode de réseautage a fortement gagné en importance, quel que soit le domaine concerné. Le réseautage digital augmente considérablement la visibilité des demandeurs d’emploi sur le marché du travail. Néanmoins, tout comme par le passé, des échanges doivent régulièrement avoir lieu. »

Sans réseaux sociaux, moins de chances de succès sur le marché du travail

« L’utilisation des réseaux sociaux est très variable – selon l’intensité avec laquelle les demandeurs d’emploi y ont déjà été confrontés dans leurs vies professionnelles, et ce n’est pas véritablement une question d’âge, certains candidats ont encore du mal à utiliser les médias sociaux et n’en perçoivent que les inconvénients. Avoir un profil optimal sur LinkedIn, élargir et entretenir de manière continue son réseau professionnel forment une condition essentielle pour le succès de la recherche.

Oui, il y a un marché du travail pour les seniors (50 ans et +) !

« Les opportunités d’emploi pour les personnes de plus de 50 ans sont souvent mal évaluées. Je travaille avec de nombreux candidats de cette tranche d’âge qui, grâce à mon soutien, prennent conscience de la richesse que représentent leurs nombreuses années d’expérience et leurs atouts correspondants (par exemple l’étendue et la richesse de leur expérience, une manière différente de gérer les conflits ou les situations problématiques) et se présentent ensuite de manière plus ciblée et crédible. Le plus important est de connaître soi-même sa valeur, de postuler en fonction du marché et de ne pas vouloir entrer en concurrence avec des personnes de 30 ans. »

Les barrières que constitue la digitalisation pour les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans.

« Si vous utilisez la technologie de la bonne manière, vous pouvez toujours en tirer profit. J’ai récemment accompagné un candidat de plus de 60 ans qui n’était pas familier avec les médias sociaux. Grâce à mon soutien et à ma persévérance, il a rapidement reconnu la valeur ajoutée des médias sociaux et a trouvé un nouvel emploi passionnant en un temps record pour son âge. Cela prouve que ces nouveaux outils digitaux apportent des avantages à nos candidats. »

Il y a 10 ans, la pandémie COVID n’était pas d’actualité 

« De nos jours, les entretiens d’embauche se déroulent de plus en plus souvent en visioconférence, ce qui représente de nouveaux défis : Comment me présenter au mieux ? Quel arrière-plan choisir ? Quelle longueur peuvent avoir mes réponses et à quels signes de mon interlocuteur dois-je faire attention ? Nos conseils pratiques vous aideront à réussir vos entretiens. »

Le « job à vie » n’existe plus ! 

« Les types d’emploi évoluent et la durée moyenne qu’on occupe un poste spécifique se raccourcit. Au niveau des grandes entreprises, nous connaissons la rapidité avec laquelle les personnes sont prêtes à changer. La situation est différente dans les PME où il y a encore des personnes qui ont travaillé dans la même entreprise durant 10 à 20 ans et qui perdent leur emploi de manière inattendue. Dans ce cas, il s’agit de changer l’image négative que l’on a de soi en quittant son entreprise. Il est important de rappeler que de nos jours, chacun change d’emploi plusieurs fois au cours de sa carrière professionnelle. Cela correspond à notre époque et personne n’est pénalisé à cause de cela. Au contraire, changer régulièrement d’emploi est perçu comme étant positif car c’est une preuve d’initiative.

La pression augmente 

« En raison de l’accélération du rythme des changements, de la digitalisation et des restrictions imposées par la COVID, nous subissons plus de pression dans notre vie professionnelle. Selon des études récentes (et mes expériences avec des candidats), cela entraîne davantage de problèmes psychologiques (burn-out, épuisement et anxiété). Il est devenu important de parler de ces problèmes et d’inclure ce thème dans le processus de coaching. Trouver un nouvel emploi qui corresponde vraiment à ma personne, à mes compétences, à mes expériences et à mes valeurs est encore plus important qu’avant, probablement garant de pouvoir réduire le stress et la pression. Nous travaillons ainsi sur le sujet : comment puis-je mieux gérer les situations difficiles et stimulantes à l’avenir.

Le meilleur emploi possible : une « success story » personnelle !

« Le bilan de compétences d’un ingénieur dans le secteur des TIC a révélé que, malgré le fait qu’il avait bénéficié d’un coaching mis en place par son ancien employeur, il n’avait pas été capable d’avoir le comportement « plus social » attendu. Pour ma part, j’ai rapidement remarqué qu’il avait une faculté particulière d’appréhender à la fois la vue d’ensemble et les détails d’une situation. À l’époque en tant que chef de projet, cette faculté n’était pas appréciée auprès de son équipe, car il voyait et relevait immédiatement toutes les erreurs. Ensemble, nous avons élaboré un plan pérenne de carrière, OTP Career Master Plan©, en analysant et formalisant son potentiel de développement ainsi que sa meilleure adéquation. Il en est ressorti qu’un emploi en tant qu’auditeur dans un cabinet de conseil pourrait être pour lui une des meilleures options possibles. Il y serait entouré de personnes partageant les mêmes vues et pourrait utiliser ses compétences spécifiques de manière pertinente et reconnue. Quelques semaines après cette prise de conscience, il a obtenu exactement le travail désiré et quelques mois après sa prise de fonction, il m’a contacté pour me dire combien, et grâce à notre aide, il était heureux d’avoir trouvé cet emploi qui correspondait à ses yeux au meilleur travail possible, de s’être fait de nouveaux amis dans l’équipe. Il est très reconnaissant d’avoir pu bénéficier de ce soutien et il considère ceci comme une importante valeur ajoutée proposée par son ancien employeur ».

War diese Seite hilfreich?
[Total: 1 Durchschnitt: 5]